DBI
Distributeur des brasseurs indépendants
Augustin

Augustin

Augustin

Véritable artiste, Augustin vous accueille au Frigo, notre showroom au 43 rue de l’Ourcq. Il se fera un plaisir de vous présentez nos bières, simplement en vous conseillant ou au cours d’un atelier de dégustation. Découvrez en plus en vous plongeant dans ses réponses passionnées à nos quelques questions.

 

Quand es-tu arrivé chez DBI, et que faisais-tu avant ça ?

DBI m’a fait l’honneur de me confier son showroom en mai 2018 et je m’en trouve très heureux !

Avant ça j’ai travaillé dans divers lieux parisiens de la bière artisanale de micro brasserie en tant que caviste et barman. Je suis par ailleurs musicien professionnel de formation jazz et continue de me produire aujourd’hui, exclusivement au théâtre depuis un petit peu plus d’un an.

 

Comment se déroulent tes journées chez DBI ?

Pour commencer elles sont relativement courtes. Le Frigo, qui est une cave ouverte aux particuliers, n’est ouvert en semaine que sur de petites plages horaires en fin de journée. Je conseille et oriente les clients, presque tous aussi curieux et enthousiastes dans leurs choix hebdomadaires. Car oui ! Chaque semaine c’est, au bas mot, une grosse quinzaine de nouveautés éphémères qui viennent remplacer leurs aînées, épuisées. On ne boit jamais les mêmes bières ! À quelques fidèles exceptions près tout de même..

La journée du samedi, plus longue se fait le théâtre d’ateliers « initiatiques » de dégustations. Nous y passons quatre heures à goûter de nombreux styles de bières, tous très différents, parfois articulés autour d’une thématique spécifique. L’idée reste toujours de surprendre et de bousculer quelques à priori à la peau dure.

Bien entendu il y a aussi une petite dimension logistique pratique qui, en dépit de ce qu’elle s’apparenterait presque à un amusant Tetris géant, peut, parfois, me donner un poil de fil à retordre.

La chambre froide, salle des stocks, est comme une forêt mouvante de verre bigarrée au-dessus de laquelle se dressent périlleusement des tours de canettes qu’il est question de réagencer perpétuellement. La place y est rare et étroite et c’est en cela un petit « challenge » quotidien d’y faire rentrer tous ces nouveaux nectars… J’aime mon travail.

 

Comment as-tu découvert le monde de la bière ?

Je crois que cela a commencé par des camarades musiciens avec qui je jouais alors. Ma prise de conscience de ce qu’est la bière, une fois le voile de la grande industrie homogénéisante déchiré, c’est faite subitement lors d’une dégustation fantastique à la bière comme à la bière ou étaient invités trois des plus grands acteurs européens et pionniers à l’époque. J’y ai pour la première fois décidé de me constituer une cave et me suis pris de passion pour la dégustation ses joies et ses subtilités.

 

Tes styles de bières préférés ?

Question difficile, je voue un amour insatiable aux fermentations mixtes et spontanées, mais suis également un grand partisan de la tradition franco-belge, les bières dites de saison, de la basse fermentation sous toutes ses formes, la simplicité et la sobriété sublimées me fascine particulièrement. Par ailleurs j’apprécie également beaucoup les IPA’s et suis avec gourmandise les innovations agricoles et les nouveaux houblons toujours plus expressifs et goûtus. Les bières noires, types stouts et leurs incarnations les plus riches et complexes, vieillies en barriques, mes premiers amours, n’ont jamais cessés non plus d’exalter mes papilles et de susciter chez moi de vifs émois. En somme je crois tout apprécier, des pilsners old school, aux bitters anglais en passant par les fermentations lactiques et autres barley wine et bières hybrides.. Quand c’est bien fait c’est toujours un plaisir à déguster !

Je confesserai éventuellement une légère déférence pour les ajouts de lactose, maltodextrines et autres sucres non fermentescibles qui trop souvent dénaturent le goût de la bière, la sucrant de façon brutale et disgracieuse.. Enfin ! Il m’arrive d’y prendre du plaisir.. Quelques fois.. Et puis il en faut pour tous les goûts et tous les instants !

 

Quelle bière rêves-tu de pouvoir goûter ?

J’adorerais jouir du privilège de goûter à de très vieilles gueuzes, précieux trésors si peu accessibles, mais aussi de passer en revue nombre de bières de chez Hill Farmstead ou les quelques Side Project qui ont échappées à la mania prédatrice de mes amis les mieux dotés en matière de bijoux exotiques… C’est terrible mais force est de constater que c’est ce qui est le moins accessible qui attise le plus ma convoitise…

 

As-tu d’autres passions ?

Grand dieu oui! En faire ici la liste risquerait de diminuer la digestibilité déjà périlleuse de mes réponses à tes questions… Mais disons que la musique, la nature, la physiologie et la santé, la préhistoire, la socio et la philo sont ceux qui spontanément me viennent en premier lieux.

 

Et sinon, quel morceau tourne en boucle chez toi ?

Cela varie du tout au tout, des mille et un jazz, différents courants de ce que l’on appelle un peu simplement la musique classique (de la musique ancienne à la musique dite contemporaine en passant par les musiques sacrées, les grands du XVII et XVIIIème et certains opéras), de la chanson à texte française, des musiques traditionnelles que ce soit le trad irlandais vivifiant ou la musique mandingue sans oublier les musiques carnatiques de l’Inde.. J’aime et écoute beaucoup de choses mais dois reconnaître être peu intéressé par les musiques « à la mode » encore que d’un point de vue sociologique cela peut devenir passionnant (petit troll gentil).

 

Quelque chose à ajouter ?

C’est déjà bien trop long ! J’aime bien parler, aussi ne vaut sans doute-il mieux pas trop m’y inciter..

Mais quand même, merci Isabelle pour m’avoir introduit dans cette belle aventure et merci Quentin pour la confiance dont j’espère être à la hauteur !